Adventice – Podcast 8

“Prends en de la graine !”, voilà le programme de cette 8ème émission d’Adventice. En direct du festival Ecozone, nous étions tranquillement installés sous la conque pour discuter en petit comité, comprendre la différence entre semence paysanne, reproductible, F1 ou hybride, décrypter les enjeux qui se cachent derrière ce choix.

Deux invitées :
-Valéry TSIMBA de l’association Graine de troc 92
-Sabine CARON de l’association MINGA.

Avec elles nous avons levé les mystères pour comprendre le cycle de graine à la graine, échangé autour du métier d’artisan semencier.

Pour en savoir plus :

Le site de l’association Minga, pour suivre la campagne “Graines d’un Paris d’avenir” et celle qui suivront (en Bretagne..) : www.minga.net/graines-dun-paris-davenir/ ; ainsi que la page FB pour rester informé de ses prochains communiqués et actions sur le sujet : www.facebook.com/AssociationMinga/

Minga est une organisation d’acteurs professionnels et citoyens engagés dans la production d’une économie de qualité de proximité au niveau local comme international. Ensemble, dans la diversité de leurs pratiques, ils posent la question du travail et des solidarités et des droits à renforcer pour l’articuler aux questions sociales, écologiques et démocratiques de notre temps.
L’organisation se mobilise ainsi sur certains enjeux, comme la reconnaissance du métier d’artisan semencier. A travers elle, Minga soutient les projets de coopérations des acteurs des métiers agricoles et alimentaires soucieux de garder la maîtrise de leurs choix pour mieux contribuer à une alimentation de qualité de proximité, accessible à tous, qui rétribue le travail, respecte le vivant.

Le site de l’OPASE qui renvoie aux différents établissements/artisans semenciers et à leur catalogue : www.croqueurs-de-carottes.org/index.php/opase

Les Croqueurs de Carottes sont devenus une Organisation Professionnelle des Artisans Semencier Européens (OPASE) pour faire reconnaître le métier des artisans semenciers, tisser des alliances avec d’autres métiers et permettre la réorganisation des filières économiques autour des variétés-populations.
L’organisation se mobilise ainsi pour développer leurs réseaux de producteurs de graines (rassembler, coopérer avec, former d’autres artisans semenciers : maraichers, eleveurs, agriculteurs urbains etc…), de sorte d’améliorer toujours plus la qualité, la diversité, l’adaptabilité des variétés proposées (en travaillant aussi en lien avec les autres acteurs concernés, le travail de sélection variétal se faisant notamment pour eux, en plein champ, mais aussi en cuisine).

D’autres contacts et ressources (formations, réglementation, veille sur les nouveaux OGM…) sur le site du Réseau semences paysannes : www.semencespaysannes.org

Le Réseau Semences Paysannes est un réseau constitué de plus de soixante-dix organisations, toutes impliquées dans des initiatives de promotion et de défense de la biodiversité cultivée et des savoir-faire associés.
Outre la coordination et la consolidation des initiatives locales, le Réseau travaille à la promotion de modes de gestion collectifs des semences paysannes, ainsi qu’à la reconnaissance scientifique et juridique de ces pratiques de production et d’échange de semences et de plants.

http://www.grainesdetroc.fr